MAROC 2010. DE MOULAY BOUSSELHAM A ESSAOUIRA

24 juin 2010

MERCI LE GHARB

 

 

 

 

Le GHARB peut commencer à LARACHE. Quand on vient de Tanger, impossible de ne pas faire escale dans cette ville promise à un bel avenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après LARACHE, le GHARB peut continuer par MOULAY BOUSSELHAM, sa jolie Merja Zerga, et la belle et mythique plage de notre enfance. C'est là que nous avons passé notre première nuit au MAROC, près du Poste de Surveillance du Territoire, tout au bout du Boulevard Maritime qui finit dans les sables au Nord de cette station balnéaire. C'est là que nous avons dormi tout en haut de la dune avec la chanson éternelle des vagues et le souvenir d'Isabelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Moulay Bousselham, il y a aussi le souvenir de Mamie nous emmenant voir les poissons de la Source Sacrée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Moulay Bousselham demeure aussi le souvenir des "Sfinchs" proustiens de notre enfance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le GHARB, c'est encore le souvenir omniprésent du NEÏB, notre grand-père bâtisseur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout près de la maison de notre enfance, de l'autre côté de l'Oued MDA, le Douar de NEG. Neg s'est éteint il y a 4 mois, quatre ans après KHLIFIA son épouse. Mais tous leurs descendants sont là. On s'embrasse comme des frères, on nous prépare une petite mida rien que pour nous deux, on évoque le passé sans oublier personne, absents et disparus. On s'embrasse encore et on se quitte avec émotion. Nous savons qu'ici, nous avons toute la tendresse du monde, hier, aujourd'hui, demain, pour la vie. C'est immense.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci le GHARB, terre de nos aïeux.

D'autres images : www.merjazerga1.canalblog.com

ThierryKarine

 

 

 

 

Posté par chiloedream19 à 23:24

26 juin 2010

AU FIL DU BOU REGREG

 

 

 

 

 

 

Le BOUREGREG est le fleuve mythique de notre enfance. Il sépare Rabat, la plus belle ville du monde, de Salé la blanche, la secrète. Avec les travaux d'aménagement de ses rives, il n'est pas toujours évident de mettre un KAYAK à l'eau, fut-il baptisé TIEPAKAP. La plage de Salé peut s'y prêter, mais nous avons créé un attroupement sitôt garés face aux remparts des Oudaïas. Nous avons préféré effectuer la mise à l'eau dans l'enceinte du nouveau Port de Plaisance. Nous nous sommes adressés à la Capitainerie qui nous a délivré une autorisation de mise à l'eau. Un grand merci à l'officier de Port Adjoint, championne du Maroc de Kayak.

 

 

 

 

 

Photo souvenir prise en haut de la rampe de mise à l'eau avec la Tour HASSAN en toile de fond. Se méfier dans les ports à marée des slipway, ils sont glissants et extrèmement dangereux, nous embarquons avec la plus grande prudence, d'autant plus facilement que la mer commence tout juste à descendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Deux Trois c'est parti, nous commençons par nous dégourdir les mollets en cadence, cap sur la Tour Hassan jusqu'à la sortie du Port, puis barre toute à droite, vers les OUDAÏAS et l'estuaire du BOUREGREG.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous passons à raser les barques aux couleurs vives, et les mouettes qui n'ont jamais vu un TIEPAKAP de si près, ne pensent même pas à s'envoler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Karine prend des images de la Citadelle, que nous dépassons sans hâte, puis la houle fait tanguer légèrement le TIEPAKAP.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux images précédentes ont été prises à quelques secondes d'intervalle. Il s'agit de la même vague, elle frisait le mètre cinquante. Karine a prudemment rangé son petit OLYMPUS pourtant étanche à 10m. A la vague suivante, sa main s'est crispée sur la pagaie, sans soupir, sans plainte, stoïquement. Le captain soucieux de détendre l'atmosphère préfère faire demi-tour sans pousser plus au large. Le demi-tour d'une petite embarcation dans la houle est un moment périlleux lorsque l'esquif se retrouve travers à la vague. Attendre donc l'accalmie juste après le passage d'une série, obliquer tout de suite après la dernière vague, sans attendre la suivante. On appuie donc plus fort sur les pédales, KARINE ne se fait pas prier, et nous voilà prenant cap sans encombre vers l'EST pour une jolie promenade au gré du vent et du courant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté RABAT, l'aménagement de la berge est chaleureux. Un grand quai étire ses courbes légères, on y flâne paisiblement, on peut s'asseoir sur des bancs à l'ombre des palmes. Côté Salé, nous sommes inquiets de voir s'édifier des petits immeubles qui risquent de masquer la vue sur l'ancienne cité des Corsaires barbaresques.

 

 

 

 

 

Nous passons sous le Pont Moulay El Hassan en construction qui accueillera dans quelques mois outre le trafic routier, un beau tram dernier cri dont se plaignent parfois certains taxis qui lui reprochent les désagréments actuels dûs aux travaux, et d'empiéter sur "leur chaussée"... Ce beau tram sera, quoi qu'il en soit, un magnifique TRAIT D'UNION entre les deux villes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On hisse la petite voile qui nous aide à remonter sans fatigue le flot du courant descendant.

 

 

 

 

 

Nous dépassons très largement le Douar Doum et les nouveaux quartiers sur les collines à l'EST de la Capitale Politique du Royaume Chérifien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après deux heures d'une navigation loin de l'agitation de la ville, nous faisons demi-tour pour nous laisser porter par le courant. Nous reposons nos mollets et Karine dégourdit ses épaules de quelques coups de pagaie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une aigrette, à Garbo, prend son envol au dessus de deux barques qui se donnent des baisers étravés d'amour tellement il fait bon...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La barque suivante, solitaire, s'empourpre de mauve et d'envie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après trois heures trente d'une bien jolie promenade au fil de l'eau du Bou Regreg, la rampe de mise à l'eau du superbe Club Nautique de Rabat-Salé est devant l'étrave. Ce n'est pas cette fois que Karine mouillera son OLYMPUS étanche à 10 mètres. Le Captain veille au grain. Grande prudence également en débarquant sur le slipway : avec la marée qui a baissé, c'est une redoutable patinoire capable de casser plus de trois pattes à un canard. Encore un grand merci à tout le personnel de la Capitainerie. Prochaines images : le succulent couscous de M'BARKA et FATNA, le plus délicieux du monde.

 

 

 

Posté par chiloedream19 à 23:26
27 juin 2010

LE MEILLEUR COUSCOUS DU MONDE

 

 

 

 

Avant de déguster le meilleur couscous du monde chez M'Barka et Fatna, Si Mohamed nous fait découvrir sa belle collection privée de tableaux, nous lui consacrerons bientôt une page spéciale dans le blog des artistes, des poètes et des voyageurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui-là nous a été offert, merci Si Mohamed.

 

 

 

 

 

Le voilà le magnifique couscous de M'Barka et Fatna. Il ne va pas rester longtemps intact, et il va s'avérer être le meilleur couscous du monde. Comme d'habitude, un trou se creuse dans la semoule du captain, que Fatna remplit discrètement en y poussant de la main les meilleurs morceaux de viande et de citrouille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec la pastèque sucrée du dessert, M'Barka nous ouvre ses albums du bon vieux temps passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M'Barka Fatna et Rim ont deux maisons : Celle du Souissi construite par Jilali dans les années 50, et celle de Temara, toute neuve, où nous avons logé pendant notre séjour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chez M'Barka et Fatna, nous avons savouré toutes sortes de bonnes choses, bercés par la musique de Myles Davis et une affection familiale de plus d'un demi-siècle et pourtant si jeune et si précieuse. Merci M'Barka, merci Fatna, merci Rim, merci Si Mohamed.

http://www.youtube.com/watch?v=-6dZzioT_JM

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream19 à 23:28
01 juillet 2010

EL JADIDA

 

 

 

 

 

On ne quitte jamais Rabat sans avoir pris un thé aux Oudaïas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Rabat, bonjour El Jadida

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A El Jadida, la plage fait partie de la ville, une longue plage aérée, propre, avec une promenade maritime où rien ne vient priver la vue aux passants. Partout sur la planète, il faut à tout prix préserver la vue sur la mer. Nul immeuble, nulle maison ne devrait faire obstacle à une vue directe sur l'océan.

 

 

 

 

 

 

 

 



Après la plage, promenade sur les remparts où plâne le souvenir des Portugais, et la pensée vivante de Driss CHRAÏBI.






"Les étoiles sont lointaines mais leur lumière est chaude, elles effacent les ténèbres de la nuit et du coeur des hommes" (Driss Chraïbi - Une enquête au pays)






"Voilà le paradis où nous vivions autrefois : arbre de roc, la montagne plongeant abruptes ses racines dans les entrailles de la mer. La terre entière, humanité comprise prenant source de vie dans l'eau. L'océan montant à l'assaut du ciel le long de la falaise et, jusqu'aux cimes, le long des cèdres hérissés" (Driss Chraïbi - La Civilisation, ma Mère)






"L'eau prend la couleur et la forme du vase qui la contient" (Driss Chraïbi - Une enquête au pays)






"Les racines du chardon vénéneux de la vengeance sont la haine, la cruauté. Une seule graine suffit à transformer un très bon" (Driss Chraïbi - Une enquête au pays)




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



A la sortie de la vieille ville, le long des remparts, laissez-vous guider par l'irrésistible odeur des sardines grillées. Pour 10 DH, moins d'1 Euro, la demie-douzaine, à ce prix-là, cela ne vaut même plus la peine d'aller à la pêche.




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien grillées pour Karine, à point pour le captain. Merci le Mâlhem de la sardine.

Merci El Jadida. A tout bientôt.

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream19 à 23:31

LALLA F

 

 

 

 

La route côtière d'El Jadida à Lalla Fatna est une des plus agréables du Maroc.

On s'y promène sans hâte, à peine plus vite qu'un âne docile,

on s'arrête autant de fois qu'on veut faire des images.

 

 

 

 

Nous avions prévu de passer la nuit à Oualidia, mais nous apprenons que notre amie Lalla Frédérique termine son séjour d'un mois demain du côté de Lalla Fatna. Lalla Frédérique, une amie virtuelle de trois ans : la promenade en kayak sur la lagune de Oualidia attendra notre prochain passage. On s'arrête un peu moins pour arriver à Lalla Fatna avant la nuit, seulement pour prendre ce petit marabout cher à Maman, encore un petit âne mendiant et gris, et le panier de pêcheurs qui nous proposent sars et loup truité pour 25 dh le kilo, à ce prix-là, cela ne vaut même plus la peine d'aller à la pêche, d'autant plus que les sars ont déjà 3 fois la taille de ceux de Moulay Bousselham :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On arrive à Lalla Fatna pour le plus beau coucher de soleil du monde. On embrasse Lalla Frédérique comme si nous nous connaissions depuis toujours, on a du mal à masquer son émotion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Aja, merci Lalla Frédérique, à tout bientôt.

ThierryKarine

 

 

 

Posté par chiloedream19 à 23:40
02 juillet 2010

SAFI

 

 

 

 

Avant de prendre la route de Safi, petit tour à la jolie plage de Lalla Fatna.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En France, les vaches regardent passer les trains.

Les chèvres de Lalla Fatna préfèrent voir glisser les surfers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Lalla Fatna. A 30 km  plus au Sud, bonjour SAFI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Safi, même si le banc de sardines s'est déplacé beaucoup plus au Sud, nous avons dégusté sur la corniche notre demi-douzaine pour 10 dh. Nous avons savouré la lumière, et les sourires, petits et grands, avec en prime, sur la plage, un gâteau sablé à la cannelle...

 

 

 

Posté par chiloedream19 à 23:43

FANTASIA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des Fantasias de notre enfance, il reste un souvenir lointain en noir et blanc. Quand nous arrivons à Essaouira, une Fantasia riche en couleurs mène sa danse sur la plage dans le cadre du Festival Gnaoua.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci chevaux et cavaliers, merci Essaouira, merci le Maroc.

 

Page suivante : ~~ CAMPING LE CALME ~~

 

 

 

 

 

Posté par chiloedream19 à 23:46